Contes et thérapie

La force des contes dans leur tradition orale,

une nourriture subtile.

Il faut vivre l’expérience d’écouter des contes raconter par un conteur ou une conteuse sans support de livre, pour réaliser la force de cette oralité :

invitation immédiate au monde de l’imaginaire, accroche à l’intrigue du récit, écoute active,

détente du corps, plaisir de la compréhension et de l’anticipation, accueil de la fin souvent bienveillante

et source d’apaisement.

 

« L’écoutant, s’il est pris par l’histoire, donne la vision d’avaler les mots par les yeux, les oreilles, le corps tout entier. »

Quand le conte est bien raconté, on peut parler d’une forme d’hypnose qui permet d’entrer complètement dans le récit. De ce moment particulier, ritualisé par un cadre très contenant et sécurisant, les contes agissent comme l’écrit Catherine Picard dans un article paru dans « Dialogue n°156, édition ERES) dans le préconscient, pont entre l’inconscient et le conscient, permettant au sujet de penser, de symboliser. Le travail du conte permet une remise en jeu de l’activité du préconscient et de la figurabilité. Il autorise le jeune à investir ses processus mentaux préconscients. Grâce aux contes, « l’enfant apprend à maîtriser hors de lui, avant de l’intérioriser, une activité fantasmatique qui sera fondatrice en lui d’un lieu où les mots et les choses vont pouvoir se relier » écrit Jacques Hochmann. (R.KAës,1996, p.66)

Les contes sont de formidables éveilleurs d’imaginaires et comme disait Einstein : « L’imagination est plus importante que le savoir » ! Il faut pour résoudre un problème sortir du cadre dans lequel se trouve le problème et pour pouvoir sortir de ce cadre, être doté d’un minimum de capacités imaginatives. Dans le cas contraire nous restons embourbés, tant à titre individuel que collectif.

Nos accompagnements dans la région

Nous accompagnons principalement trois lieux d’ateliers thérapeutiques.

  1. Sessad de Falaise avec Nicolas DeLahaie, psychologue et Paule- MarieCamilleri, éducatrice et les conteurs Benoît Choquart et Joël Gauliard.
  2. CMPP de l’université de Caen avec …………………..et le conteur Jean François Bouvier secondé par Joël Gauliard
  3. CMP Mosaïque de Rouen avec le docteur de Lorme et le conteur Gérard Victor.

Groupe de réflexion avec le CMP de Lisieux

Nous participons au groupe de réflexion mise en place par le CMP de Lisieux suite au colloque organisé en partenariat en décembre 2014 autour de la thématique « Conte comme médiation Thérapeutique » avec la participation de Pierre Laforgue, auteur du livre « Petit poucet deviendra grand » paru en 2002 et David Sultan, psychologue et porteur avec l’association la Licorne du colloque « Contes-Actes » à Paris.

Ce groupe est ouvert. Il se réunit trois à quatre fois dans l’année. Nous centrons cette année nos réflexions sur les liens entre Contes et Peurs. En quoi les histoires peuvent nous aider à avoir moins peur dans la vie… C’est aussi un temps d’échanges et de régulations sur ce que chacun vit au sein des différents ateliers proposés à Lisieux, Caen, Falaise et Rouen.

Nous joindre au téléphone si vous êtes intéressés.